© 2023 par Garde-robe. Créé avec Wix.com

  • b-facebook

PAR TAGS : 

Please reload

POST RÉCENTS : 

ME SUIVRE : 

  • Facebook Clean Grey

Stage Géobiologie, l'initiation à l'invisible...

27/09/2016

Les stages d'initiation à la géobiologie sont toujours des moments magiques. Le maître mot qui résonne tout au long de ces journées que j'anime, est, l'émerveillement. Il se rejoue à chaque stage et dans les yeux de tous les participants, des plus ouverts aux plus sceptiques, des plus jeunes aux plus âgés, des plus craintifs aux plus téméraires, brille le bonheur absolu de la découverte. Mais ce plaisir de la découverte n'agit pas tout de suite. Le temps du début, celui de la théorisation, ne permet que d'aider l'imaginaire, à "catégoriser" les concepts, à "concrétiser" les objets invisibles sur lesquels nous allons travailler. Non, la magie ne se déroule pas là. Ici, assis sur les chaises, nous ne sommes encore que des élèves qui écoutons.

 

 

 

C'est la pratique et seulement la pratique qui crée l'émerveillement. Car oui, détecter des phénomènes invisibles et quasiment imperceptibles, avec pour seul outil, des antennes en laiton et notre corps, c'est magique ! La "détection sensible", la "radiesthésie" ou la "perception naturelle" permet cela, être en contact avec des éléments de notre environnement, que nos cinq sens ne permettent pas d'appréhender. Ni d'ailleurs, aucun appareil de mesure commun. La première vague de magie apparait quand les baguettes (nous utilisons en stage niveau I des "baguettes parallèles", autrement appelées "radmaster") réagissent en dépit de notre volonté pour donner réponse à notre recherche. En dépit de notre volonté car, notre principale volonté, en pratique, est fixée sur le fait que les baguettes restent bien parallèles pendant que nous arpentons un terrain, une recherche spécifique en tête. Bien sûr, tout en sachant qu'elles peuvent...se refermer.

 

 

(Oui, ce jour là il pleuvait un peu le matin...mais pas suffisamment pour nous empêcher de découvrir !)

 

Baguettes parallèles en main, chaque stagiaire arpente, dans un sens, puis dans l'autre, regarde par terre, fixe ses baguettes, concentré à sa tâche, et plante dans le sol des petits piquets colorés. Et l'air de rien, comme si c'était un geste tout naturel, on se met à détecter le "biochamp" d'un comparse, le "biochamp" d'un arbre, des "réseaux géomagnétiques" jusqu'à cette heure inconnus et de l'eau qui court, là, à quelques mètres sous nos pieds !

 

 

 

 

 

Une fois admise, notre capacité, cette possibilité de contact et d'information et, constaté l'efficacité de la méthode (même si bien entendu, en apprentissage, tout ne fonctionne pas du premier coup et le niveau de précision peut laisser parfois perplexe les stagiaires) la deuxième vague de magie peut apparaitre. Elle opère l'après midi, après que nous ayons flirté avec les énergies telluriques le matin, lorsque nous nous rendons sur un "haut lieu". Nous nommons "haut lieu" tout endroit, construit ou non, qui profite d'une énergie très forte et qui nous est particulièrement favorable (je détaillerais ce que l'on nomme par "énergie favorable" dans un autre poste...à suivre). En l'occurrence, il s'agit d'un tout petit lieu, car nous rejoignons une petite chapelle située entre Saillans et Veronne dans la Drôme (26). Se rendre sur un tel lieu, sous le regard de la géobiologie, sans aucun dogme religieux, permet de renouer autrement avec ces endroits particulier. Car oui, l'emplacement des lieux sacrés n'est pas un fait du hasard et la géobiologie en livre quelques explications. Sans tout connaître, nous pouvons constater, par le biais de la détection sensible ou par sa propre sensibilité naturelle, que des phénomènes particuliers, énergétiques, sont à l'œuvre et nous pouvons comprendre, que l'homme, depuis la nuit des temps, a préféré de tels endroits pour y implanter ces lieux de cultes, quel qu'il soit.

 

 

Bien évidemment, l'accès à cette magie à un coût. Celui de laisser tomber quelques uns de ces formatages et surtout celui de laisser ouvertes les portes du possible.

 

Ces photos sont tirées du stage du 17 Septembre 2016.

 

Un grand merci aux participants et à Françoise pour les photos.

 

Pour toute question ou demande, rendez-vous sur mon site:

 

http://www.ma-maisonsaine.com/stage

 

 

 

 

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now